30 juin 2017
A press release from CICOPA, the voice of cooperatives in industry and services

Nouvelles de presse de CICOPA, la voix des coopératives dans l'industrie et les services

Les coopératives s'assurent que les travailleurs vulnérables et précaires ne sont pas laissés pour compte

Les coopératives de travail associé, sociales et de producteurs, actives dans les secteurs de l'industrie et des services constituent l'un des outils qui permettront de sauvegarder l'emploi durable en luttant contre le travail précaire et l'isolement.

Le 1er juillet, les coopérateurs du monde entier célèbrent la Journée internationale des coopératives en disant haut et fort, sur le thème générique de l'inclusion, comment les coopératives veillent à ce que personne ne soit délaissé. Alors que le monde du travail subit d'énormes transformations, y compris dans la qualité et l'organisation du travail et dans l'accès à la protection sociale, les coopératives industrielles et de services, en tant qu'entreprises détenues et gérées de manière démocratique par leurs travailleurs, leurs producteurs et dans certains cas par leurs utilisateurs, montrent à tous comment elles répondent à la précarité et à l'exclusion. Elles constituent l'un des outils qui permettront de sauvegarder un emploi durable en appliquant une répartition égale du travail et de la richesse.

Selon l'étude de CICOPA qui sera publiée prochainement « Coopératives et emploi : deuxième rapport global », les coopératives devraient être reconnues pour le niveau de travail qu'elles génèrent et la réponse qu'elles apportent à l'avenir de celui-ci. Elles représentent 9 % de la population active mondiale et la plupart d’entre elles sont des producteurs individuels travaillant à titre indépendant dans le cadre de ces coopératives de producteurs et de free lances que l’on rencontre de plus en plus dans l'industrie et les services. Ces coopératives sont un moyen pour les travailleurs autonomes de surmonter l'isolement et la précarité en mettant en commun leurs ressources, en partageant les avantages mais aussi les risques et l'accès aux programmes de protection sociale.

Les groupes vulnérables et les nouvelles formes d'emploi

Passer du statut de travailleur salarié à celui de travailleur autonome et ce dans le monde entier, la résurgence de l'économie informelle, notamment parmi les travailleurs du domaine des soins et des services à domicile, dans le secteur de la construction et l'augmentation des plateformes informatiques (phénomène connu sous le nom d'uberisation) mettent le monde du travail sens dessus dessous. Les coopératives montrent qu'elles peuvent fournir des emplois de qualité, durables et sécurisés tout en intégrant les groupes vulnérables tels que les migrants notamment.

Les coopératives minimisent les effets des mécanismes de travail précaire et informel qui peuvent être une caractéristique de la vie professionnelle de nombreux travailleurs migrants dans le secteur domestique : Si Se Puede! aux États-Unis et Nor-Bum en Argentine en sont des preuves authentiques. Si Se Puede! a été fondée à Brooklyn en 2006, avec pour objectif de rassembler les femmes immigrantes afin de créer une entreprise d’aide à domicile, respectueuse de l'environnement, gérée par des femmes, leur appartenant et conçue pour créer des emplois salariés exercés dans un environnement sûr et sain et pour fournir des soutiens sociaux et des possibilités d'éducation à leurs membres. Nor-Bum est une coopérative de travail associé créée dans la ville de La Plata par 7 travailleurs de la construction, la plupart d'entre eux étant des migrants boliviens

En Italie, 35 000 personnes, au moins, considérées en situation vulnérable sont employées par des coopératives sociales. La coopérative sociale Camelot à Bologne et à Ferrare, en Italie, a travaillé sur des programmes d'intégration des demandeurs d'asile et des réfugiés et emploie aujourd'hui 200 personnes - dont 20 % sont des migrants. Camelot a également encouragé la création de 10 coopératives par les réfugiés.

Les coopératives industrielles et de services répondent aux défis actuels du travail avec des formes novatrices, comme les coopératives de freelances et les coopératives de plateformes. C'est par exemple la coopérative belge d'artistes indépendants, SMART.Be, un outil pour les travailleurs indépendants pour mutualiser de meilleures conditions de travail et donner accès à la protection sociale. « Les travailleurs d'Uber sont des citoyens qui font ce que la plateforme leur demande de faire. Ils ne sont pas libres de choisir le client, le contrat, etc. et, en même temps, la plateforme est gérée pour leur faire penser qu'ils sont des travailleurs autonomes afin qu'ils ne paient pas la totalité du coût du travail. De cette façon, les travailleurs salariés sont transformés en travailleurs indépendants. Dans SMART.Be, nous faisons exactement le contraire, les travailleurs conservent un haut niveau d'autonomie et ils obtiennent le statut de travailleurs salariés », a déclaré Sandrino Graceffa, Directeur de SMART.Be.

L’Organisation internationale du Travail a adopté en 2015 la Recommendation n°204 concernant la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle. Les coopératives sont mentionnés au sein de cette recommandation dans le cadre même de la transition, à la fois en termes d'entreprises et en termes d'emploi. Les coopératives sont également mentionnés dans les sections relatives aux cadres juridiques et politiques, en soulignant qu'un cadre de politique intégrée pour la transition vers l'économie formelle devrait inclure la promotion de l'entrepreneuriat et de différents types de modèles d'affaires, y compris les coopératives et d'autres unités de l'économie sociale et solidaire. Plus d’information ici

La Journée internationale des coopératives

Sélectionné par le Comité pour la promotion et la promotion des coopératives (COPAC), le thème INCLUSION englobe non seulement la nature des personnes axées sur les entreprises coopératives, mais reflète également les principes coopératifs d'adhésion volontaire et ouverte, le contrôle démocratique par leurs membres et la participation économique de ceux-ci. Les coopératives offrent un espace où toutes les personnes, quels que soient la race, le genre, la culture, les antécédents sociaux ou les circonstances économiques, peuvent répondre à leurs besoins et bâtir de meilleures communautés.

La célébration de la Journée internationale aux Nations Unies se tiendra à la mi-juillet lors du Forum politique de haut niveau pour le développement durable, au cours duquel les gouvernements et les responsables des Nations Unies se réuniront pour examiner la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

Lisez le message de l'Alliance coopérative internationale ici