fbpx

Création d’un Programme de renforcement des capacités des coopératives

Le mouvement coopératif canadien est un partenaire essentiel du gouvernement du Canada pour faire avancer un programme de croissance économique inclusive. Les coopératives créent des opportunités dans les communautés, résolvent des problèmes locaux, permettent à la création d’emplois, favorisent l’accès aux opportunités économiques démocratiques et sont plus résilientes face aux épreuves.

Un Programme de renforcement des capacités des coopératives (PRCC) sur mesure, doté d’un financement fédéral de 30 millions de dollars. Celui-ci aiderait les coopératives à démarrer, à grandir, à acquérir des compétences et de l’expertise ou à se préparer pour les prochaines étapes afin qu’elles soient prêtes à relever les défis communautaires et à répondre aux besoins à travers le Canada. CMC est prête et apte à être le gestionnaire national de fonds d’un programme de subventions non remboursables, ainsi qu’à coordonner et superviser la mise en œuvre du Programme au nom du gouvernement du Canada, en tant que partenaire de confiance.

Le seul investissement fédéral récent dans le développement coopératif a été l’Initiative de développement coopératif (IDC) de 2003 à 2013, qui visait à « accroitre la contribution des coopératives à la satisfaction des besoins économiques des Canadiens et à créer un environnement favorable au développement et à la croissance des coopératives en collaborant avec les partenaires tels que les coopératives locales, régionales, nationales, les chercheurs et les gouvernements ». Ce programme a permis d’investir des fonds fédéraux de manière productive et mesurable et a suscité un grand intérêt de la part des coopératives existantes et émergentes qui ont demandé un soutien — avec 521 demandes et 150 bénéficiaires pour la seule dernière période de financement de trois ans.

Le sondage de 2023 Profil des PME : les coopératives au Canada confirme que les coopératives à but lucratif étaient, en moyenne, plus robustes et grandes que les PME standards. Celle-ci étaient statistiquement plus orientées vers le marché local, plus susceptible d’avoir une présence en ligne, plus innovante et moins susceptible d’avoir à interrompre temporairement leurs activités pendant la pandémie. Ces attributs placent les coopératives dans une position forte alors que l’économie canadienne se reconstruit pour être davantage solide, agile et inclusive. Cependant, un financement est nécessaire pour permettre une capacité accrue au movement coopératif. Les années à venir constituent une occasion essentielle pour la croissance des coopératives, qu’elles soient existantes ou nouvelles. Bien que les coopératives aient bénéficié de certaines possibilités d’inclusion parmi les autres organisations admissibles accordant des fonds, grâce à des programmes comme le Programme de préparation à l’investissement et le Fonds de relance des services communautaires, le gouvernement n’a pas investi spécifiquement dans les coopératives (autres que celles qui répondent aux besoins en matière de logement) depuis de nombreuses années.

Les entreprises coopératives, en particulier les entités plus petites et communautaires, ont du mal à se connecter aux programmes fédéraux qui ne sont pas conçus pour répondre à leurs besoins (critères exclusifs) ou dont les exigences sont inaccessibles (ce qui crée un fardeau important pour les organisations coopératives qui espèrent soumettre une demande). La plupart des programmes ne sont pas structurés de manière à soutenir la propriété collective et l’esprit d’entreprise, ni les conversions d’entreprises privées vers le modèle coopératif.

Des fonds fédéraux ont été investis par l’intermédiaire de diverses organisations pour soutenir les PME; par exemple, en 2019, le budget fédéral a engagé 38 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir les jeunes entrepreneurs par l’intermédiaire de Futurpreneur Canada. Un soutien similaire pour encourager la coopération et promouvoir le modèle d’entreprise coopératif est nécessaire et constituerait une solution logique pour stimuler une croissance économique inclusive au Canada. Ceci aidera aussi à résoudre la crise de la succession pour les petites et moyennes entreprises au Canada, en particulier pour préserver le développement économique dans les communautés rurales et éloignées.

 

CMC et son réseau

CMC est une association bilingue qui soutient et unit 7000 petites, moyennes et grandes coopératives et mutuelles à travers le Canada. Nous comptons également parmi nos membres diverses associations provinciales et territoriales ainsi que des fédérations sectorielles qui contribuent à encourager l’intercoopération.

 

CMC a une portée nationale importante et une longue histoire à travers des organisations antérieures. En effet, la fusion de la Canadian Co-operative Association et du Conseil canadien de la coopération et de la mutualité a permis la création d’une association nationale bilingue des coopératives et des mutuelles.

 

CMC a de l’expérience en tant que partenaire fiable, notamment dans le cadre du CDI qui s’est achevée en 2013 et, plus récemment, en tant que bâtisseur d’écosystème pour le Programme de préparation à l’investissement (PPI). Dans le cadre du PPI, CMC a travaillé en étroite collaboration avec Emploi et Développement social Canada (EDSC) et a aidé les organisations à vocation sociale à naviguer à travers les applications afin de promouvoir leur succès. Comme c’est le cas pour les initiatives fédérales actuelles qui nécessitent des partenaires et des gestionnaires de fonds, le rôle administratif et de coordination de CMC permettrait au gouvernement de maximiser la portée du programme sans exiger davantage d’employés à temps plein au sein des services publics.

Conception du Programme

Les demandes prioritaires porteront sur une ou plusieurs des catégories suivantes :

  • Innovation agricole et sécurité alimentaire (promotion de l’accès à des aliments locaux de bonne qualité
  • Solutions pour le climat (technologies propres, innovation verte, énergies renouvelables)
  • Opportunités économiques inclusives (permettre à diverses communautés de créer de la croissance économique)
  • Développement économique rural (développement ou croissance des coopératives dans les régions rurales et éloignées du Canada)
  • Successions d’entreprises (par le biais de coopératives afin de préserver les moteurs économiques et les ressources communautaires dans un contexte de vieillissement et de départ à la retraite des propriétaires d’entreprises)

Les fonds peuvent être distribués en fonction des groupes prioritaires et des régions convenus, et/ou proportionnellement à travers le Canada d’une manière géographique qui correspond aux territoires de sept agences de développement économique régional. Ce faisant, les candidats retenus devraient travailler avec leur agence de développement régional locale et les organisations coopératives – par exemple, une association provinciale ou une fédération sectorielle provinciale/nationale chargée de soutenir les coopératives dans un secteur donné. Cela leur permettrait d’accéder à des ressources supplémentaires dans leur région et leur secteur, telles que des événements, de la formation, du réseautage ou des conseils.

  • Services de développement coopératif (conseil, coaching, stratégie),
  • Formation (formation, ateliers, cours pour le personnel/bénévoles/directeurs), 
  • Soutien administratif (financier, juridique, conformité),
  • Recherche et perspectives (études de marché, collecte et analyse de données).